IFE Business

Facteurs ayant une incidence sur la demande immobilière au Luxembourg

| 0 Commentaires

DE LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE À DES TAUX D’INTERET BAS

 

La croissance démographique s’accompagnera de facto d’une demande plus élevée dans le secteur résidentiel.

 

Le taux de croissance le plus fort sur la période 2000-2018 a été enregistré au Luxembourg (+166.526 habitants), à Esch-sur-Alzette (+53.786 habitants) et à Capellen (+46.011 habitants).

En pourcentage, la croissance de la population sur la période 2000-2018 a varié entre 29% dans le canton de Diekirch et 49% dans le canton de Clervaux.

Le canton du Luxembourg compte actuellement le plus grand nombre d’habitants du pays (182.607), suivi de très près par Esch avec 176.820. Le canton de Capellen arrive en troisième position avec 48.187 habitants.

 

Le Grand-Duché compte 602.000 habitants à ce jour. Diverses prévisions du Statec indiquent une population totale d’au moins 1 million d’habitants d’ici 2060.

Du côté de la demande, le STATEC a estimé le nombre requis de nouveaux espaces résidentiels à environ 6.000 à 6.500 unités par an.

Entre 2000 et 2014, une moyenne annuelle de 2.600 unités a été réalisée au Grand-Duché, passant à environ 4.000 en 2016. Même si ce chiffre est en hausse, cela reste en-dessous des besoins nécessaires afin d’absorber  la demande qui demeure soutenue.

Pour résultat, ce déséquilibre entre l’offre et la demande exerce une pression à la hausse sur les prix de vente, comme de location.

 

Actuellement, les taux d’intérêt demeurent extrêmement bas, ce qui facilite la clôture des prêts hypothécaires.

La dernière communication de la BCL indique que le taux d’intérêt variable sur les prêts hypothécaires est estimé à 1,5% au mois d’août 2018, soit une diminution de 13 points de base par rapport à l’année précédente.

Le montant total de prêts consentis était de 184 millions d’euros au cours de la dernière période de référence.

Le volume de ces emprunts s’est élevé à 238 millions d’euros au cours de la dernière période de référence.

Par rapport à août 2017, le taux d’intérêt a augmenté de 3 points de base et le volume de 27 millions d’euros.

 

La combinaison d’une croissance démographique en constante augmentation, un marché déséquilibré entre la demande et l’offre et les taux d’intérêt bas ont pour résultat de continuer à exercer une pression à la hausse sur les prix de l’immobilier au Grand-Duché du Luxembourg.

Robby Cluyssen
Senior Consultant
JLL Residential

Conférence Immobilier au Luxembourg 26 et 27 février 2019

Laisser un commentaire

Champs Requis *.